Ordonnancement et dimensionnement de systèmes temps réel intégrant des facteurs pratiques dans une démarche UML/MARTE

Les approches utilisées industriellement pour le développement d’application temps réel critiques se basent de plus en plus sur des approches orientées modèle. Des ateliers tels TopCased, ou ASSERT, se basant sur des profils UML très larges (comme MARTE) permettent d’intégrer différentes méthodes, qui à partir de différentes vues et/ou différents modèles, aident au cycle de développement du logiciel. Du point de vue de la validation temporelle, des outils comme Cheddar se connectent à de tels ateliers afin d’extraire un modèle temporel et répondre au problème de la validation temporelle.

Dans le cycle de vie du logiciel, la validation se trouve en dernier lieu car il faut connaître les pires durées d’exécution des tâches, ainsi que leur structure (communications/synchronisation) avant de mettre en place un modèle de tâche adapté à l’étude d’ordonnançabilité. Cependant, dans les systèmes complexes industriels, de nombreux modules logiciels sont ré-utilisés d’une version à une autre d’un système. Par conséquent, au niveau de la phase de conception, on a déjà un certain nombre d’informations qui permettent d’étudier partiellement un système. De plus, dans les systèmes partitionnés temporellement qui ont fait leur apparition dans l’avionique, le concepteur doit dimensionner ses partitions au plus tôt.

Les approches de type analyse de sensibilité permettent, pour des modèles simples, à l’aide de techniques telles que la programmation par contraintes, d’établir des domaines d’ordonnançabilité de tâches, ce qui permet une prise en compte amont des contraintes de temps.
Le but de cette thèse est d’étudier la façon dont on peut extraire d’un modèle MARTE des paramètres de tâches permettant une modélisation temporelle fine d’un système temps réel, prenant en compte des facteurs pratiques. Les problèmes adressés concerneront l’aide au dimensionnement temporel du système dans la démarche UML en général, et la mise en place de greffons permettant la validation de systèmes composés de modèles avancés de tâches.

Contacts: Emmanuel GROLLEAU, Michael RICHARD

Recherche

Menu principal

Haut de page